TENSION AVEC MON ENFANT

Pas simple d'être parents. 

Les parents sont des couples avec différents modes opératoires. 

Il y a des parents dont le sens des responsabilités est partagé, ou commun, ou dissocié. 

A tout point de vue, celui du sens commun est le meilleur car l'union fait la force.

Celui du partage peut être incohérent mais celui-ci est le plus répandu.

Enfin celui du dissocié est catastrophique et est malheureusement aussi très répandu.

C'est le dernier qui pose problème dans les relations parents-enfants.

Dissocié, c'est à dire qu'une seule personne en général assume les responsabilités parentales proprement dites sans que l'autre conjoint intervienne par manque d'initiative ou par facilité.

En prenant l'exemple du sens des responsabilités commun, le concept de l'union est reflété et devient en ce sens une force naturelle qu'un enfant aime et respecte. Il est ainsi plus facile de manager une famille avec un sens des responsabilités commun.

Agir seule, seul avec son enfant avec la présence  invisible du conjoint est dangereuse, l'enfant prend le pouvoir de celui qui s'efface, non pas que celui qui prend les responsabilités l'efface mais par choix de facilité. Si l'enfant prend le pouvoir, ou se substitue à la place du parent qu'il manque réellement par ce manque de prise de responsabilités, il domine ses frères quand il est aîné, il domine sa mère si c'est elle qui ne se désiste pas de son rôle de mère, ce qui est souvent le cas.

En général, la mère élève la voix, alors que le père préfère garder le bon rôle. Ceci est une fuite au prise des responsabilités de la part du père qui préfère s'excuser d'heures supplémentaires au travail pour ne pas à avoir à assumer une telle charge !

 

Les solutions ne sont pas évidentes. Dans l'idéal, le père devrait rapidement prendre son rôle de père sans avoir d'excès, toujours dans la justesse, car un enfant est déstabilisé devant l'excès mais est respectueux devant le juste.

Il se doit aussi de respecter un principe comme l'a écrit Mathilde Ravery*, ne tyranniser pas vos enfants mais veillez à ce qu'ils ne vous tyrannisent pas.

Si le père ne reprend pas sa place, de longues heures de conflits malheureusement vous attendent et n'apaiseront jamais votre famille. L'ambiance se dégradera avec l'ensemble de la famille et la dépression chez les plus petits peut s'installer avec le temps 

Il faut agir.

Une présence forte doit absolument rentrer en jeu. Un psychologue peut momentanément vous venir en aide jusqu'à si c'est une fille elle trouve un petit copain. 

Ce genre de conflit survient généralement au cap du changement d'école en quittant la primaire. L'enfant prend plus d'assurance par le fait qu'il devienne autonome. 

On peut toujours éviter que cela se dégrade. La meilleure façon est de ne pas répondre à leur jeu de tyran et surtout ne pas les fuir, bien au contraire montrer que vous êtes toujours là et surtout quand ils en ont besoin où là ils deviendront doux comme des agneaux. C'est leur façon de vous tyranniser, de vous manipuler.

Ne baissez jamais les bras, parfois il convient de verser une larme quand ils vont trop loin, ne vous cachez pas, ça montre que vous avez un coeur, et que vous n'êtes pas des robots de ferraille.

On peut toujours instaurer des principes de deal. Tu as été agressif, ve, irrespectueux, se (définir le respect en donnant des exemples précis avec l'enfant), je te rendrai service, ou bien je rangerai ton linge que si tu prends conscience de ton comportement avec moi et que tu me dises ce que tu comptes faire pour y remédier.

On peut toujours aussi leur demander pourquoi ils sont agressifs, en général ils ne connaissent pas généralement la raison et vous donnent une fausse raison mais cela montre que vous vous intéressez à eux et que vous n'êtes pas insensible ou aveugle devant cette situation.

Il faut les confronter à la situation dans laquelle ils vous mettent, dans le sens tu récoltes ce que tu sèmes. 

Dans la plupart des cas, ces enfants souffrent eux-mêmes d'un trouble de personnalité et l'idéal serait qu'ils s'acceptent, qu'ils prennent confiance en eux. Le trouble de personnalité peut être engendré par le fait d'avoir subi le harcèlement à l'école qui est dévastateur et dont la guérison est lente, s'il y a, avec toujours des séquelles plus ou moins importantes et indélébiles.

Donc ce n'est pas en les diminuant ou les insultant que vous trouverez la solution bien au contraire, vous empirerez la situation.

Les rassurer sur leur physique et leur performance sera déjà un pas de gagner et espérez dans le futur à un retour au calme !

On peut aussi faire en sorte de ne pas répondre à leur provocation pour ne pas envenimer la situation, et préciser qu'il n'y aura de réponse que si son humeur change, sinon vous lui suggérez de ne pas tenir compte de son comportement et de ses dires.

Vous pouvez aussi instaurer une complicité, pas simple je l'avoue quand on a pris de mauvaises habitudes et que le conjoint souvent le père est le fugitif. Mais l'enfant recherche cette complicité, il va l'apprécier et ne cherchera pas à casser cette complicité.

Pour créer la complicité, il est important de se réserver des plages seule avec son enfant et créer une ambiance conviviale.

 

//mathravery.tumblr.com/citations

 



12/09/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour